AG des Courtiers en Vins de Champagne : renouvellement des contrats et modernisation du métier au travers de l’expertise

Lors de leur assemblée générale à Epernay, le 3 avril dernier, les Courtiers en Vins de Champagne ont évoqué l’actualité champenoise, notamment avec la dernière vendange qui restera gravée dans les mémoires comme exceptionnelle, mais aussi et particulièrement la phase qui s’est ouverte avec la signature de la Décision interprofessionnelle 187, à savoir le renouvellement des contrats conclus entre vignerons et négociants.

L’année 2019 marque pour les professionnels de la filière Champagne, et surtout pour les courtiers en vins de Champagne, un tournant capital dans le réengagement contractualisé entre les vignerons et les maisons dans un contexte inédit marqués par des enjeux forts concernants l’activité commerciale et l’approvisionnement en matière première.

En 10 ans, entre 2008 et 2018, les expéditions ont reculé de près de 20 millions de cols (de 322,6 Millions de bouteilles à 301,8 millions) expliquées notamment par la baisse du marché français. L’export a progressé pour atteindre 154 Millions de bouteilles (140 Millions en 2008).
Cependant, ce sont les vignerons qui ont le plus soufferts avec une perte d’environ 23 millions de bouteilles.

La tendance des ventes pour les 3 premiers mois de 2019 est bonne, notamment sur le marché anglais (est-ce l’effet “stockage” avant le Brexit ?) et de plus en plus sur le développement des ventes sur les “pays tiers” (autres que la France, l’Europe) avec en particuliers l’Asie.

La part d’engagement du vignoble au kilo est passé de moins de 50% à plus de 65%, renforçant aussi de fait les missions des courtiers qui viennent d’être consultés pour la 1ère fois pour avis au niveau de la Commission Amont du Comité Champagne. “Un signe de reconnaissance de notre expertise et de notre indépendance” annoncent les co-présidents du SPCV, Jean-Pierre Dargent et Franck Hagard.

La décision interprofessionnelle 187, qui prend effet à partir du 1er août 2019, est fondée sur les mêmes principes que les textes antérieurs, mais plusieurs nouveautés font leur apparition dont certaines mettent en évidence l’expertise des courtiers. Ainsi, en présence d’un courtier lors de la signature d’un contrat, il n’est pas nécessaire de rédiger une proposition préalable. Egalement, les courtiers en Vins de Champagne ont été actifs sur la mise en place du bon de livraison, agissant en véritable acteur dans la défense de la qualité, seule voie pour la Champagne.

L’entendue des compétences du courtier en vins de Champagne fait qu’aujourd’hui, il aide au quotidien le vigneron, de part sa présence terrain en apportant une vision complète sur la matière avec une indépendance qui est capitale. Son évolution vers des métiers de conseil, accompagnant Acheteurs et Vendeurs, se positionnant également comme juge de paix car présent dans toutes les commissions d’agrément, mais aussi expliquant les enjeux de la viticulture durable avec la traçabilité et incitant à la certification font du courtier un acteur majeur de la profession.

Ce dernier sujet, la Certification est également au coeur des préoccupations de la profession. A Saint-Emilion par exemple, tout vignoble non certifié ne sera pas AOC en 2013. Les enjeux sont très importants pour la Champagne également. “Il faut dire aux vignerons qu’ils doivent d’ores et déjà monter dans le train car vous ne pourrez pas faire autrement” indique Jean-Pierre DARGENT.

Remis en cause fin 2015 par une ordonnance, le métier de courtier s’est retrouvé au centre de l’attention et d’un soutien unanime de l’ensemble de la filière viticole au plan national. Grâce à cette solidarité, la Fédération nationale, avec à sa tête son président Jérôme Prince (d’origine Bourguignonne), a pu obtenir des avancées rassurantes comme la mise en œuvre d’un registre national et le maintien de l’examen de contrôle, deux éléments essentiels quant à la valeur de la profession.

L’action menée depuis 2016 a permis de valoriser le métier et le savoir-faire des courtiers en vins au plan national, souvent méconnus, et de rappeler le rôle clé d’experts qu’ils jouent. De nombreuses discussions sont encore en cours et pourraient déboucher sur de nouvelles propositions à la rentrée prochaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *